Arcueil (94)

Persiennes

Les façades connaissent trois traitements en alternance, qui cassent la forme et mettent en valeur la volumétrie en redents.

Exposé sur la place, le plus noble met en scène des persiennes métalliques disposées en batterie.

L'inclinaison progressive des lames préserve les vues en partie basse et filtre le rayonnement solaire en partie haute. Il en résulte un dégradé miroitant, stratifié sur la hauteur du bâtiment.

Ces persiennes en aluminium, légères, se manipulent à partir d'un petit loquet. Revêtant deux positions, ouverte ou fermée, elles constituent un écran vivant rapporté devant la façade.

En contraste, les deux autres parements sont des bardeaux de terre cuite noire et des panneaux d'aluminium gaufrés.

Les premiers cadrent les baies verticales des volumes en redents, les seconds dessinent des allèges filantes sur les linéaires bâtis.

La simplicité de la construction disparaît sous les nuances changeantes de l'aluminium anodisé qui passe du blanc éclatant sous la lumière d'été aux tonalités mordorées du soir.

Le bâtiment partiellement en retrait de l’alignement sur rue, implantation dictée par la géométrie et les choix constructifs du parking, dispose de surfaces de pleine terre qui permettent de planter des arbres à grand développement dans la cour ainsi constituée.